La peur de conduire est l’une des peurs les plus fréquentes. Aujourd’hui, je vous apporte quelques conseils pour que vous puissiez y faire face et apprendre à le surmonter. Ma belle-sœur a très peur de conduire alors je vais vous délivrer quelques astuces pour vous aider à vaincre votre peur de conduire.

La peur de conduire est l’une des plus courantes et des plus inconfortables. Parfois il y a un accident qui pourrait expliquer cette peur et d’autres fois c’est juste la peur de ne pas savoir bien conduire par manque d’entraînement ou pensant que nous conduisant mal.

Dans tous les cas, je pense que la clé est toujours que la peur de conduire est un reflet exagéré de la peur de ne pas contrôler.

PRATIQUEZ DÈS LE PREMIER INSTANT ET N’ARRÊTEZ PAS DE LE FAIRE

 

Ce que je recommande toujours, c’est qu’une fois que vous avez le permis de conduire, pratiquez autant que possible, pour apprendre tout ce qu’il est préférable de pratiquer.

Et dans le cas de la voiture, savoir circuler est la clé.

Il y a des gens qui disent que vous devez avoir plus de contrôle pendant la conduite, et je pense que cela a provoqué un stress dans votre état mental.

Je veux dire que nous n’avons pas besoin d’hyper-contrôle partout pour être un bon pilote, il y a des gens qui veulent tellement contrôler tout le temps, qu’ils n’arrivent pas à démarrer pratiquement.

Nous avons juste besoin de contrôler suffisamment, une attention bien dirigée est entraînée pour éliminer au fur et à mesure cette peur de conduire.

“JE SUIS TELLEMENT NERVEUSE QUE JE N’OSE PAS CONDUIRE “

 

Conduire avec anxiété n’est pas un problème non plus.

Vous risquez encore moins d’avoir un accident si vous partez avec un peu d’anxiété, car vous serez plus alerte, sans le vouloir, vous vous concentrerez davantage, ce qui est l’effet de l’anxiété.

Toutes les peurs sont irrationnelles, donc la peur de conduire en est une de plus.

La peur est généralement de ne pas pouvoir manœuvrer vite, d’avoir de l’anxiété au volant, de se perdre, de blesser quelqu’un… ça vous semble familier ? Nous avons tous pu avoir une pensée ou un sentiment de ce genre au volant surtout lorsque nous sommes jeunes conducteurs.

 C’est normal, même si cela vous paraît étrange, nous avons tous déjà pensé à ce qui se passerait si nous accélérions, si nous ne freinions pas ou si nous avions un accident.

C’est ce qu’on appelle la voix des pensées en psychologie : des idées sur ce qui se passerait si nous faisions quelque chose d’inattendu et que nous ne voulions pas.

Notre esprit est créatif et de temps en temps des choses comme ça sorte qui nous font peur.

Ce ne sont que des idées, pas des alertes.

La meilleure façon de les gérer est de les laisser partir, de ne pas leur donner trop d’importance.

« ET SI J’AI UN ACCIDENT ? »

Une autre idée fondamentale est d’accepter l’accident comme quelque chose de possible, mais peu probable, c’est-à-dire qu’il est possible que vous ayez un accident (soit à cause de votre responsabilité ou celle d’un autre), mais c’est vraiment peu probable. Il ne faut pas penser à ça sinon nous risquons de ne pas prendre le volant.

Et si ça vous arrive, ça vous arrive. Renoncez le contrôle absolu et convenez que tout peut arriver.

NE PAS CONDUIRE NE RÉDUIT PAS LE RISQUE D’ACCIDENT, MAIS AUGMENTE LE RISQUE DE PHOBIE.

Normalement, les personnes qui ont peur de conduire ont également peur de voyager, de prendre l’avion, etc. C’est faux. Les accidents de la route ne sont pas la principale cause de décès.

La clé de la conduite est de changer votre perception de la conduite et de la mort. Conduire est une action qui facilite la vie, vous n’en avez pas besoin, mais c’est confortable.

Et la mort est toujours là, tu n’arrêteras pas de mourir pour ne pas avoir pris la voiture. Et si ça arrive, cela doit arriver.

La même chose se produit avec la possibilité de blesser, un ami m’a dit : “Mélanie, j’ai plus peur de blesser quelqu’un que de me faire du mal.”

D’accord, c’est une pensée généreuse envers l’autre, mais tu ne peux pas toujours la contrôler non plus. Nous sommes humains, faillibles, ce ne sera pas notre intention, mais cela peut arriver.

Il faut apprendre à penser pour mieux vivre. Un exercice que je propose est de visualiser une météorite tombant sur la terre et finissant et détruisant tout, nous allons tous mourir, ce sont des lois de la nature.

Comment ou quand ce n’est pas si important, ce qui est important, c’est la réalité que nous construisons au quotidien ? Tant que tu es vivant, vis.